4 rue Jonas, 75013 Paris 13

Shama Sqalli, Spécialisée sur les questions féminines
et la confiance en soi à Paris 13

06 51 05 53 85
Shama Sqalli - Coaching & Hypnose au féminin
La prise de rendez-vous est le 1er pas vers le changement
 

Shama Sqalli, Spécialisée sur les questions féminines
et la confiance en soi à Paris 13

Pourquoi est-ce si important de ne pas s'auto-critiquer ?

Ceci est le premier article au sujet de l'enfant intérieur - et ce ne sera certainement pas le dernier.

L'idée ici n'est pas de définir ce qu'est l'enfant intérieur. De toutes façons, il signifie différentes choses pour différentes personnes. L'idée est de voir comment on peut lui faire du mal sans même s'en rendre compte.

Pendant plusieurs années je me suis mal parlé. Je me suis critiquée physiquement, psychologiquement... Je me regardais dans le miroir et j'enchaînais les critiques.

En réalité, je ne m'en rendais même plus compte tellement c'était normal pour moi de le faire. Et plus je le faisais, plus ça empirait ! Chaque jour était pire que l'autre. Chaque jour, je me trouvais plus moche, plus grosse, plus nulle que le précédent. Mes proches avaient beau me bombarder de mots gentils, je ne les croyais pas. Il était impossible pour moi d'internaliser leur discours.

Et puis un jour j'ai rencontré quelqu'un qui m'a dit quelque chose qui a TOUT changé. Et j'ai envie de le partager avec vous.⠀

À l'époque, j'étais allée faire une séance d'hypnose pour arrêter de fumer. Une chose en amenant une autre, on commence à parler de ce fameux discours interne qui faisait que je n'arrivais pas à arrêter. Je me disais continuellement que je n'en étais pas capable. Et puis, comme dans toute thérapie, nous sommes allées au-delà du simple symptôme (fumer). Nous sommes rentrées plus en détail dans la description de ce discours interne, pour noter toutes les fois qu'il se produisait.

Et puis cette hypnothérapeute m'a présenté cette métaphore qui a tout chamboulé.

J'ai envie que vous vous imaginiez comme des poupées russes. Avec le temps, vous avez construit plusieurs couches. Mais aujourd'hui, ne voyez plus que la dernière en date, la plus visible, celle que vous voyez dans le miroir tous les jours.

Et cette dernière couche que vous voyez dans le miroir, vous ne l'aimez pas. Voire vous la détestez certains jours. Vous fixez les bourrelets, le ventre et vous dites des horreurs : T'es grosse, t'es moche, t'es nulle, c'est quoi cette cellulite, c'est quoi ces boutons, t'arriveras jamais à rien... ⠀

À toutes celles qui ont tenu ce discours avec elles-mêmes, j'ai juste une petite question à vous poser : est-ce que vous diriez ces choses-là à l'enfant que vous étiez ? Par exemple, la petite X (mettez votre prénom) de 4 ans ? J'imagine que non.⠀

Et pourtant.⠀


Et pourtant rappelez-vous les poupées russes. En-dessous de votre enveloppe corporelle il y a cette petite de 4 ans. Et quand vous vous parlez de la sorte, elle entend tout. Elle prend tout pour elle. Elle entend "JE NE T'AIME PAS".

Pensez-y. Faites attention à ce que vous vous dites. Rappelez-vous que lorsque vous vous critiquez, vous critiquez l'enfant que vous étiez. C'est puissant.

 

 

Cet article vous a plu ? Vous pensez qu'une personne de votre entourage aurait besoin de le lire ? Alors, n'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux, c'est par là -->


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.